Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par F. de Terreneuve

-> Télécharger le blog !

Une intéressante étude sur les effets des rayonnements électromagnétiques (REM) des téléphones portables sur la santé a été publiée par Anke Huss et coll. en septembre 2006 par Environmental Health Perspectives. On y apprend, sans être toutefois surpris, que selon le type de sources de financement les conclusions des scientifiques "indépendants" ne sont pas les mêmes. Les chercheurs ont retenu 59 études sélectionnées de manière à permettre des comparaisons statistiquement valables et publiées entre 1995 et 2005.

Les études financées par l'industrie de la téléphonie mobile concluent pour 80% à l'absence d'effets significatifs. Alors que les études financées par des organismes publics ou associatifs établissent pour moitié qu'il y a des preuves significatives d'effets sur la santé, pour l'autre moitié que les preuves ne sont pas suffisantes. Quant aux études dont les ressources sont mixtes, elles concluent à 60% qu'il existe des preuves d'un impact des téléphones portables sur la santé.

L'industrie de la téléphonie mobile est un secteur économique très dynamique et très rentable. Sur le plan des stratégies commerciales, il est tout à fait logique que l'industrie fasse du lobbying auprès du grand public et des élus à travers sa communication et en s'appuyant sur l'autorité des savants. Comme tout un chacun, les scientifiques ont besoin de travailler pour gagner leur vie. Faire fonctionner un laboratoire de recherche est coûteux et l'aide publique est souvent insuffisante. De fait, les équipes de recherche se tournent naturellement vers les industries concernées. Les intérêts des uns et des autres sont en synergie. Certains chercheurs sont même directement payés et mandatés par l'industrie ce qui constitue un conflit d'intérêt.


C'est évidement contraire à la probité intellectuelle nécessaire à toute étude scientifique sérieuse. Ainsi, dans de nombreux cas, les conclusions minimisent les résultats qui seraient en opposition aux intérêts des bailleurs. En outre, les industriels vont logiquement chercher à retarder ou bloquer la publication de résultats défavorables à leurs objectifs commerciaux. Disposant de la puissance financière, leurs moyens de communication vers le grand public et de lobbying auprès des responsables politiques sont sans comparaison avec ceux de la recherche publique ou soutenue par des associations.

La circulation très rapide de l'information fait qu'on est soumis au point de vue du dernier qui a parlé, et surtout qui a pu parler plus fort, grâce à ses moyens intellectuels, financiers et en termes de réseau d'influence. On n'est guère étonné par les articles partiaux dans les journaux influents ou les discours des élus majoritaires qui montrent qu'entre les intérêts économiques et la santé, ils ont choisi. Sur les forums en ligne où de nombreux internautes expriment leur inquiétude grandissante à l'égard des appareils émetteurs de REM, d'autres internautes sceptiques jouent, sans s'en rendre compte, les taupes et relaient en bon petits soldats le discours officiel soigneusement élaboré par les stratèges en communication des industries. Il y a même un président français qui annonce, sans aucune précaution, que tous les élèves de 5ème seront équipés d'une tablette (connectée en Wi-Fi) à la rentrée 2016. Peut-on rêver d'un meilleur VRP ?

A mon avis, les premiers experts sont ceux qui souffrent lorsqu'il y a trop d'émissions dans leur environnement et qui constatent qu'ils vont beaucoup mieux lorsqu'ils s'éloignent des sources de pollution électromagnétique. L'enjeu prioritaire n'est pas de donner une explication strictement scientifique qui sera toujours tôt ou tard remise en question. L'enjeu prioritaire est de respecter la personne humaine dans sa totalité : il n'y a pas de maladies honteuses ou de handicaps qui puissent porter atteinte à la dignité intrinsèque des êtres vivants. Nul ne peut s'arroger le droit d'être le juge omniscient des souffrances réelles que ressentent ceux qui deviennent intolérants aux champs électromagnétiques.

On peut comprendre la peur d'une psychose qui serait un frein au développement économique et à la 3ème Révolution industrielle. Certes, la maladie, les épidémies rapportent des emplois et beaucoup d'argent... Mais où est la priorité ? Le respect de l'environnement et des personnes ne devrait-il pas être le fondement et le but de l'économie quelque soit son modèle ?


Visiblement, beaucoup de responsables nationaux et internationaux ne le comprennent pas. Le document en anglais ci-après démontre comment une poignée d'experts monopolise le pouvoir décisionnel. Le groupe BioInitiative milite pour que les standards internationaux soient basés sur les effets biologiques des ondes et non sur les seuls effets thermiques. BioInitiative dénonce le fait que le groupe de surveillance épidémiologique à l'OMS dans le domaine soit presque entièrement composé de membres de l'ICNIRP et de l'AGNIR, ceux qui ont justement fixé ces normes il y a plusieurs décennies et font tout pour empêcher la situation d'évoluer dans le bon sens.

Article publié initialement en 2015.

5 des 6 dirigeants du groupe de surveillance de l'OMS, ainsi que près de la moitié (9/20) des autres experts sont aussi haut placés au sein de l'ICNIRP et/ou de l'AGNIR.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :