Ce blog, pourquoi ?

Publié par F. de Terreneuve et J. Foëx

Electroprévention est un site indépendant, sans intérêts commerciaux. Il est le résultat d'échanges d'expériences et d'informations au sein d'un groupe informel de citoyens essentiellement francophones.

Internet est un vaste forum, riche de perspectives en terme de partage de savoirs et d'expériences. Même si les "marchands du Temple" y sont les plus bruyants, c'est une chance pour l'humanité et la liberté d'expression. C'est une chance pour la démocratie qui est, malgré tous ses défauts, ce qu'on a trouvé de mieux pour vivre ensemble, nous, les sept milliards d'êtres humains.

Provoquer la réflexion, ouvrir des espaces de débat, un blog sert à cela. À la fois contribution collective et pour la collectivité, ce site est aussi un lieu singulier, subjectif, un espace de pensée et d'expression personnelle.

"Fin 2006, un burnout m'a entraîné dans une lente descente aux enfers. Un licenciement brutal, deux années de maladies, d'errance médicale, d'errance professionnelle et finalement d'errance sociale. J'ignorais alors qu'existait une forme d'allergie aux ondes (un syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques pour être précis). Il m'a fallu plusieurs années pour comprendre que c'était la cause principale de mes maux. En voyant la courbe ci-dessous de l'augmentation de l'irradiation en radiofréquences en milieu urbain, j'ai constaté que les symptômes avaient suivi. Malgré les solutions de protection mises en place, l'intolérance continue de s'aggraver. Et vous ?"

  • Jérémie Foëx est franco-anglo-sénégalais. Documentariste radio, volontaire dans l'action humanitaire, conseiller en environnement électromagnétique, avant de devenir "travailleur" handicapé sans emploi et sans revenus.
Nous n'avons pas réussi à retrouver la référence de ce document qui semble néanmoins juste.

Nous n'avons pas réussi à retrouver la référence de ce document qui semble néanmoins juste.

"Avant de tomber malade, je croyais comme tout le monde que les ondes artificielles, au vu de leurs faibles puissances, ne pouvaient pas faire plus de mal qu'un talkie-walkie pour enfants. C'était avant que nos malheureux bambins soient équipés de véritables téléphones, vraiment dangereux... Dans les années 2000-2005 c'était le début de la diffusion massive des technologies sans fil et nous prenions tout ce qui sortait. La nouveauté nous stimulait, nous excitait. Il m'aura fallu attendre 2013-2014 pour établir avec certitude des corrélations entre le degré d'exposition aux rayonnements électromagnétiques artificiels (REMA) et les symptômes. A posteriori j'ai compris que j'avais toujours été électrohypersensible et que la pathologie s'était révélée dans un contexte de stress intense, avec pour déclencheurs, un modem en Wi-Fi, un téléphone sans fil et naturellement un écran d'ordinateur posés devant moi sur le bureau. Combien de personnes sont exposées aujourd'hui à cette même triade émissive ? Combien risquent un jour de devenir intolérantes et de subir, à cause de la moindre émission, les mêmes douleurs extrêmes ? Je ne souhaite à personne de voir tous ses projets de vie réduits à néant."

  • François de Terreneuve se définit comme métisse autochtone. Ethnologue et géographe il a été enseignant, chercheur avant de ne plus pouvoir travailler en zone urbaine.

Nous espérons informer et contribuer à prévenir les risques liés aux rayonnements artificiels. Les maladies environnementales émergentes sont le fruit de l'artificialisation de nos modes de vie qui génère une pollution insidieuse et permanente, tout en nous déconnectant de la source de toute guérison : la synchronisation de nos organismes sur les rythmes de cette biosphère dont nous sommes issus. Ce blog est désintéressé, citoyen, indigné. Nous avons opté pour cette posture ouverte et métisse, souvent sérieuse et parfois polémique. Nous assumons.
Avec vous, chers lecteurs, chères lectrices, nous formons une même humanité, ce qui ne nous empêche pas d'être chacun, chacune, maître ou maîtresse de notre destin individuel. Or, c'est justement de la multitude de nos choix individuels que dépend notre destin collectif. Ainsi, ce que nous consommons a un impact sur les autres, sur l'ensemble du vivant.

Il est temps que nous fassions les bons choix, individuellement comme collectivement, en toute liberté et en toute conscience.
Bonne lecture !

Ce blog, pourquoi ?

Publié dans présentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :