Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François de Terreneuve

->Télécharger le blog !

Dans le contexte d'une hausse exponentielle de l'exposition aux rayonnements électromagnétiques artificiels (REMA), et malgré de très nombreuses études à charge publiées, les données épidémiologiques sont encore trop maigres pour appréhender le problème de l'électrosensibilité réelle, in vivo, des êtres humains.

Une épidémie électromagnétique annoncée ?Une épidémie électromagnétique annoncée ?

Il y a dix ans déjà, selon diverses sources compilées par les docteurs G. Oberfeld et O. Halber en 2004 en Angleterre, en Irlande, en Autriche, en Allemagne, en Suisse, en Suède et aux États-Unis, le taux de personnes électrohypersensibles (EHS) atteignait 10%. Selon une extrapolation de leurs statistiques, nous devrions être aujourd'hui entre 25% et 50 % à être intolérants aux champs électromagnétiques! Cela ne semble pas être le cas.

Selon des estimations plus récentes, la prévalence se situerait désormais autour de 5 ou 10%. Il n'y aurait donc pas d'aggravation significative de l'épidémie alors que le temps passé sur les smartphones a été multiplié par dix ces quinze dernières années!

Quoiqu'il en soit, ces chiffres même biaisés, disent qu'un nombre important de personnes est gêné par la surexposition aux ondes. D'autres sont atteints par l'épidémie de smartphonite. Etrange vision qu'offre le nombre hallucinant d'accros picorant leurs écrans tactiles...

Une épidémie électromagnétique annoncée ?

Hypersensible au champs électromagnétiques (EHS) et ex conseiller en environnement électromagnétique, j'ai été amené à interroger de nombreuses personnes. Je propose ici mes propres estimations et mon échantillon n'est bien sûr pas représentatif.

Proportion des personnes interrogées en fonction de leur sensibilité aux rayonnement électromagnétiques artificiels (REMA) :
- 1 à 5% des personnes seraient EHS dont une très faible part est diagnostiquée. Attention, le terme EHS cache ici des réalités très variables en terme de degré de sensibilité et des souffrances corrélées. Les EHS les plus touchés, à peine 1%, subissent une
rupture sociale radicale.
- 25% des personnes seraient sensibles et ont souffert au moins une fois d'un syndrome temporaire d'intolérance électromagnétique (SICEM).
- Les autres personnes, 70%, seraient peu sensibles, ont pu ressentir certains effets des REMA sans les relier nécessairement à cette cause, les effets ayant été peu intenses.

Degré de sensibilité des personnes aux rayonnement électromagnétiques artificiels (REMA) :
Ce degré de sensibilité est estimé à partir des sensations et symptômes décrits par les personnes elles-mêmes que j'ai relié aux mesures relevées dans leur environnement.

- Entre 0,1 à 10 μW/m² (0,02 à 0,06 V/m) : moyenne supportable par 24 heures pour un EHS. Vie urbaine quasi impossible.
- Entre 10 à 100 μW/m² (0,06 à 0,2 V/m) : maximum supportable pour un EHS de manière temporaire (moins d'une heure). En zone urbanisée, nécessite a minima un blindage poussé de la chambre à coucher.
- Entre 100 à 1000 μW/m² (0,2 à 0,62 V/m) : fourchette moyenne qui semble supportable pour une personne sensible par 24 heures.

1000 à 10.000 μW/m² (0,62 à 2 V/m) : fourchette moyenne qui semble supportable pour une personne peu sensible par 24 heures.
- Les personnes qui seraient exposées en permanence à 10.000µW/m² et plus sans ressentir d'effets pouraient être considérées comme insensibles. Mais on peut se demander si ces personnes ne finiraient pas par être atteintes du fait de leur sur-exposition extrême.

A titre de comparaison un téléphone portable collé à l'oreille peut rayonner jusqu'à 1.000.000 de µW/m² sur la bordure du cerveau.

On estime officiellement l'exposition moyenne des Français aux antennes-relais de téléphonie mobile et des services de sécurité à 1 V/m de champ électrique, soit 2500μW/m² en densité de puissance, ce qui est probablement sous estimé. En ajoutant la pollution interne au domicile et celle des voisins, de nombreux Français sont en réalité exposés à 2 ou 3 V/m (10 à 20.000 µW/m²). Juste à la limite de la norme de compatibilité électromagnétique de 3 V/m.

2V/m c'est déjà trop pour les 25 à 30% de personnes qui seraient sensibles. C'est insupportable au-delà de quelques minutes, voir quelques secondes pour un EHS.

Il faut savoir que l'electrosmog provient pour la plus grande partie de nos propres appareils et usages : portables, téléphones sans fils (DECT) et Wi-Fi permanent. La 4G s'est largement généralisée et les antennes relais émettent de plus en plus fort. Sur les smartphones, qui pense à désactiver systématiquement le Wi-Fi et le Bluetooth lorsque ces réseaux ne sont pas utilisés? Au final, de nombreuses personnes sont réellement exposées à au moins 3 V/m, ou 25.000μW/m².


Dix précautions d'usage du téléphone portable :

1- Téléphoner le moins possible (moins d'une demi-heure par jour) et éviter les appels de plus de 5 minutes.
2- Préférer l'envoi de SMS.
3- Ne jamais coller son oreille au téléphone et utiliser systématiquement le haut-parleur ou le kit mains-libres lors des appels,
a fortiori lors de la recherche de connexion (puissance dix ou cent fois plus forte que durant l'appel).

4- Éviter de téléphoner dans de mauvaises conditions de réseau ou lorsqu'on se déplace. Dans une voiture ou les transports en commun, il y a effet de cage de Faraday inversée, c'est-à-dire que les ondes rebondissent à l'intérieur.
5- Désactiver les options inutiles, données, Wi-Fi et Bluetooth.

6- Eviter de tenir dans sa main ou de porter sur soi le téléphone lorsque c'est possible, en particulier lors de téléchargements de fichiers de données (ou lorsqu'on regarde une vidéo en streaming).
7- Durant la nuit, éteindre le téléphone ou l'éloigner des personnes.
8- Ne pas exposer autrui, en particulier les enfants, les femmes enceintes et les malades. Se placer à plus de 2 mètres des autres lorsqu'on téléphone.
9- Conseiller aux enfants de moins de 16 ans la plus grande sobriété dans l'usage du téléphone (comme de tous les objets connectés, tablettes, ordinateurs). Le téléphone n'est pas un jouet, ni un écran de télévision.
10- Interdire l'usage régulier du téléphone avant 12 ans.

(Article publié en 2014, revu en 2016)

Références scientifiques : emf-portal.org

Une épidémie électromagnétique annoncée ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :