Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Maya Bignon


Dans la plupart de nos foyers, un agresseur est là qui pollue en permanence nos espaces de repos, nos chambres, notre salon. C'est bien souvent la même chose sur nos lieux de travail. Plébiscité pour son côté pratique, le téléphone fixe sans fil (DECT) est une arme de stress massif. La norme utilise une très haute fréquence de 1,8 GHz (soit plus de 3 milliards d'alternances du champ par seconde).

La base principale du DECT rayonne en permanence, plus faiblement lorsque le combiné est posé sur cette base principale, et fortement lorsque le combiné principal est décroché, en général plus qu'un téléphone mobile. Dans ce cas, même si on ne téléphone pas, la base émet jusqu'à 500 mètres en terrain ouvert et 50 mètres à travers les murs. La base principale ne devrait pas être à moins de 10 mètres des espaces de repos et être débranchée durant la nuit.

Si vous possédez un "eco-DECT", vous pouvez toujours activer les options "eco" et "eco+" et vérifier que le répétiteur (qui augmente la portée) est bien inactif (voir menu, réglages, base). Ces options "eco", jamais activées par défaut, réduisent la portée et font que l'appareil et la base émettent moins fort. Mais contrairement à ce que les vendeurs disent ces "eco-DECT" ne sont pas sans émissions!

Éteindre tous les téléphones, mobiles ou fixes, désactiver le Wi-Fi la nuit = sommeil retrouvé !

Le problème est aggravé lorsque vous disposez de plusieurs combinés relayés à une même base, pire s'il y a plusieurs lignes (en milieu professionnel notamment). Il existe de nombreuses entreprises dans lesquelles chaque salarié dispose d'un téléphone fixe sans fil DECT avec une ligne spécifique, donc une base principale posée sur son bureau à un mètre de distance ou moins. C'est inutile car on utilise généralement le fixe lorsqu'on est assis devant son bureau et si on a besoin de se déplacer il est beaucoup moins risqué de se servir d'un téléphone mobile. Les technologies de téléphonie mobile permettent une régulation permanente des émissions en fonction de la qualité du réseau alors que le DECT émet à pleine puissance même lorsqu'on se tient tout près de la base.

Un fixe sans fil qui reçoit les appels d'un mobile connecté en Bluetooth = irradiation maximale !


Veiller à toujours laisser le téléphone sur la base principale lorsqu'on ne s'en sert pas.

L'invasion de la norme DECT depuis 2006 pourrait être l'une des causes principales de déclenchement d'un syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM), en particulier dans les logements de petite taille (la distance de sécurité est de 10 mètres sauf si les murs sont très épais). Les personnes sensibles elles-mêmes sont nombreuses à faire le lien.

Les statistiques internationales disponibles établissent qu'en moyenne 2% des personnes se considéraient comme hypersensibles aux champs électromagnétiques artificiels entre 2002 et 2006. Elles étaient en moyenne 7% entre 2007 et 2012, soit plus du triple.


Éliminer le DECT chez soi et au travail permet de favoriser une ambiance plus sereine. Les enfants, surtout en bas âge, sont beaucoup moins énervés.

Attention :

France Télécom a décidé de supprimer les lignes téléphoniques classiques à court terme dès 2017 et nous serons forcés d'utiliser un modem connecté sur des lignes DSL pour pouvoir téléphoner. Le problème est que ces lignes ne sont en principe pas mises à la terre. Surtout, les modems ne sont pas mis à la terre.

Si vous décidez à raison de revenir au téléphone filaire classique, c'est vous qui ferez office de prise de terre via votre oreille lorsque vous téléphonerez. De ce fait les champs rayonnés sur le cerveau sont équivalents à ceux qu'on mesure proche d'une ligne THT! La solution est de connecter le modem avec un câble USB de mise à la terre (à fabriquer ou à commander sur Internet environ 35 euros). Grâce à cette mise à la terre, le champ électrique sur le combiné passe de plusieurs centaines de volts par mètre à quelques volts et devient supportable.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :