Écrans aveugles

Publié le par François de Terreneuve

Combien de temps passons-nous devant des écrans ?
Probablement une dizaine d'heures par jour, pas toujours en les regardant, nos facultés d'attention ont leur limite. Parfois ce sont les écrans qui veillent sur nous, babyphones vidéo ou smartphones -sortes de babyphones pour adultes et enfants plus grands- placés sous l'oreiller (il paraît que 10 % des Français reconnaissent consulter leur téléphone durant leur devoir conjugal). Télévisions, ordinateurs, tablettes, smartphones et autres interfaces hommes-machines. Autant de générateurs multi-toxiques qui appauvrissent le lien social, le vivre et le penser ensemble, agressent les organismes vivants -les corps biologiques comme les corps sociaux- de bien des manières. Electrosmog ici et smog tout court là-bas dans les mines et les usines du monde. Écrans de fumée. Aliénation généralisée.
La sacro-sainte croissance (de quoi au fait ?) dépend de la troisième révolution industrielle qui est numérique et sans-fil. Et sans filet? Le principe de précaution, qui implique le respect de l'environnement, des autres et des générations futures ne peut pas être rejeté sur le falacieux prétexte qu'il serait un frein au développement. Au contraire, il en est le ferment et la raison d'être.
Humains vs écrans, qui s'éteindra le premier ?

 

Pouvez-vous voir les papillons ?

L'Organisation Mondiale de la Santé a classé les ondes électromagnétiques en cancérigène possible, ce qui est une position de compromis "prudente" mais qui ne tient pas compte de la réalité des nombreuses études scientifiques qui démontrent que les effets cancérigènes sont certains.
Signer la pétition internationale adressée à l'OMS! Pour plus d'informations et de contrôle sur les émissions de champs électromagnétiques.
Il y a deux pétitions, une en Français, l'autre en anglais.
Références scientifiques :
Rapports BioInitiative 2007 et 2012
Dr Jean Pilette : Antennes de téléphonies mobiles, technologies sans fil et santé, 2008
Freiburger Appeal de médecins et chercheurs allemands, 2002

Publié dans disconnect, survivre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article