Peut-on se protéger des ondes?

Publié le par François de Terreneuve

Les rayonnements électromagnétiques artificiels sont (presque) partout. Ils rebondissent dans tous les sens à la vitesse de la lumière et il est très compliqué de leur barrer le passage. La longueur d'onde des divers rayonnements artificiels les plus intenses auxquels nous sommes soumis varie entre 2 cm (Wi-Fi 5) et 1 m (fréquences des services de sécurité). Les fréquences d'or qui traversent le mieux les murs (entre 700MHz et 1GHz) utilisés pour la téléphonie mobile ont une longueur d'onde voisine des 30 cm.
Pour se protéger des ondes, on va se servir des propriétés réfléchissantes, conductrices ou absorbantes de certains matériaux, en particulier des métaux. Pour les hautes fréquences, l'argent, le nickel ou le fer, par exemple, sont efficaces. On choisira la maille la plus fine possible, beaucoup plus petite que la plus courte longueur d'onde que l'on cherche à bloquer (l'idéal est qu'un moustique ne puisse pas passer). Les solutions proposées dans le commerce peuvent être efficaces si elles sont bien mises en
œuvre. Généralement, il faut penser à effectuer une mise à la terre des dispositifs. Parfois, en fonction des niveaux de pollution et de la sensibilité des personnes, plusieurs couches sont nécessaires. Les niveaux d'atténuation donnés sur les produits du commerce sont parfois fantaisistes et ont toujours été testés dans des conditions de laboratoire bien différentes des conditions réelles.
Comment se protéger si on est sensible ou prudent?

1- Les tenues de protection
Attention, ces tenues métalliques peuvent produire l'effet contraire de celui escompté car toutes les ondes qui y entrent ont tendance à y rester en rebondissant ce qui augmente leur effet. Le métal attire les ondes, fait antenne. Les techniciens qui interviennent sur des antennes-relais actives doivent porter une lourde combinaison qui ne laisse presque rien passer. Faudrait-il se promener, travailler, vivre, dormir avec une tenue lourde et étouffante de cosmonaute?
Je déconseille fortement les bonnets qui accentuent l'effet parabole de la boite crânienne. Quand on souffre de symptômes cardio-respiratoires, un T-shirt manche longue peut atténuer les effets des ondes. Certains électrohypersensibles doivent sortir avec un voile anti-ondes qui recouvrent tout leur corps. Là aussi il faut être prudent lorsqu'on s'approche de champs électriques de haute puissance et savoir que tout ce qui rebondit par le sol va demeurer plus longtemps à l'intérieur du voile et être largement absorbé par le corps. En règle général, la plupart des ondes traversent en bonne partie le corps et mieux vaut les laisser passer. Les tenues de protection sont à tester avec précaution et peuvent être efficaces dans certaines situations mais ne doivent pas être portées systématiquement.

2- Le baldaquin anti-onde
Installer son lit dans une cage de Faraday est une solution efficace. Des voiles anti-ondes tendus sur un baldaquin et des tissus posés au sol sous le lit peuvent permettre de retrouver un sommeil réparateur lorsqu'on est particulièrement exposé. Attention, la cage doit être parfaitement étanche et aucun dispositif susceptible d'émettre des rayonnements ne doit y entrer.
Ne jamais installer de baldaquin sans tissus au sol!
Il faut savoir que les tissus métalliques anti-ondes ont tendance à s'oxyder et qu'il faut les changer environ tous les cinq ans. De plus ces tissus et voiles sont assez fragiles (le chat, les enfants). Les solutions proposées dans le commerce coûtent pour les moins chères environ 1000 euros. Les bricoleurs peuvent fabriquer une cage avec du grillage métallique à moustiquaire pour beaucoup moins cher mais aussi généralement moins efficace. Encore moins cher, une vingtaine d'euros, les couvertures de survie avec le côté argenté vers l'extérieur. Les couvertures de survie sont très moyennement efficaces, néanmoins ce peut être la première chose à faire si par exemple votre voisin a posé sa box ou son téléphone sans fil juste de l'autre côté de la cloison de votre chambre.
Dans une cage de Faraday parfaite le portable ne passe plus.

3- Le blindage de la maison
La solution du baldaquin n'est pas toujours satisfaisante lorsqu'on est sensible et qu'on ne se résout pas à vivre dans un espace confiné de 4 m². Mais c'est là que les choses deviennent nettement plus compliquées et coûteuses!!! D'abord, il faut se concentrer sur les chambres. Deux solutions. On blinde partiellement du côté où les ondes entrent et on laisse ouvert au moins un côté pour permettre aux ondes de s'échapper. Cette solution peut être progressive. On commence par un mur, puis un autre. On peut, en première intention, faire un test en tendant des couvertures de survie avant de passer aux tissus ultra-performants à 60 euros du mètre carré. Ce peut être une solution lorsqu'on est victime d'une installation chez un voisin. Mais lorsqu'on habite en ville, a fortori dans un appartement, cette solution ne convient plus toujours car les émissions peuvent passer par tous les côtés. Pour ceux qui souffrent de troubles du sommeil, il se peut que soient en cause les pics de synchronisation nocturnes des émetteurs de téléphonie mobile.
Le plus simple serait de déménager dans une maison de plain-pied sans voisins à moins de vingt mètres et éloignée d'au moins 1 km des antennes-relais (voir site Cartoradio pour la France).
Si on ne veut (ou peut) pas quitter son cher chez soi, il reste la solution de transformer sa chambre, voir son logement en cage de Faraday avec tous les risques qu'une moindre entrée permettent aux ondes de passer et de ne plus pouvoir sortir. Si vous ne disposez pas du matériel de mesure et des compétences pour le faire mieux vaut éviter de se lancer dans cette vaste entreprise. Pour les bricoleurs têtus et équipés des appareils de mesure des hautes et basses fréquences, compétents en matière de sécurité électrique, il existe des peintures ou des tissus qu'on peut poser comme une tapisserie, des voiles pour les fenêtres. Compter au minimum 40 euros du mètre carré. Attention, plus on protège son domicile, plus les appareils émetteurs dont on se sert deviennent dangereux et consomment de courant. Transformer sa chambre, a fortiori son logement, en cage de Faraday est compliqué. Le test du portable ne devrait pas être concluant, sauf si le réseau est déjà faible.

4- Vivre sous terre
Plus on descend sous le niveau du sol, moins les ondes passent. D'abord parce que les émetteurs rayonnent à l'horizontal, ensuite parce que la terre et tous les matériaux denses absorbent les rayonnements. Une solution peut être d'aménager un sous-sol si on en a un. On sait que l'endroit est parfaitement sain du point de vue électromagnétique lorsque le téléphone portable ne passe plus (dans aucuns réseaux 2G, 3G, 4G et Wi-Fi).

En cas de crise, immergez-vous dans l'eau qui fait barrage aux ondes!

En cas de crise, immergez-vous dans l'eau qui fait barrage aux ondes!

5- S'offrir un appareil de mesure
L'intensité des champs électromagnétique est très variable d'un endroit à l'autre. Parfois quelques mètres d'écart font une grande différence. Personnellement, j'ai appris à me déplacer de manière à éviter de passer dans le faisceau principal d'une antenne-relais. De même, je m'éloigne systématiquement de quelques mètres des personnes qui téléphonent ou pianotent sur Internet avec leur smartphone. J'ai appris à repérer les bases de téléphones sans fil et les modem en Wi-Fi.
Avec un appareil de mesure, ces stratégies d'évitement sont plus simples à mettre en
œuvre car les dispositifs émetteurs ne sont pas toujours visibles, ce qui ne les rend qu'à peine moins efficace pour vous nuire (si on voit une grosse antenne et qu'on est sensible il ne faut pas négliger le facteur émotionnel). La mode est à l'intégration paysagère des antennes-relais qui deviennent faux sapins (faciles à repérer) ou fausses cheminées (plus difficile, si ce n'est qu'aucune fumée n'en sort jamais).
Je n'ai aucun intérêt à vendre un appareil plutôt qu'un autre et chacun est libre de passer des heures sur Internet à tenter de faire un choix qualité/prix. Pour les personnes qui cherchent à se protéger, je déconseille les supers appareils pro ultra coûteux qu'utilisent les experts. Ils ne sont pas fiables sur de basses puissances puisqu'ils ne servent qu'à démontrer que la norme, très largement excessive, est respectée. Ces appareils sont donnés pour fiable jusqu'à 0,3V/m, soit 300µW/m². Or, nos organismes sont sensibles à 100µW/m², à 10, voir 1µW/m² et moins. Personnellement faisant partie des intolérants aux champs électromagnétiques artificiels, je ne supporte pas plus de 10µW/m² en permanence. Je me sens bien en dessous de 1µW/m². Passer devant un émetteur hautes fréquences qui m'expose quelques secondes à 1000µW/m² (0,6V/m) peut suffire à déclencher une crise.

Pour certains, posséder son propre appareil de mesure et le transporter avec soi est une nécessité. Aux plus sensibles, je conseillerai un appareil néerlandais tout-en-un Envionic FA735 (640 euros sur le site officiel) qui demande un peu d'expérience mais qui présente le grand avantage d'intégrer une fonction sonore très pratique, de donner la fréquence dominante (approximativement) et possède une carte mémoire permettant de lire après coup les enregistrements sur l'appareil ou sur un ordinateur (logiciel type Excel). Très intéressant pour mesurer les pics de synchronisation nocturnes des antennes-relais.
Sinon, les appareils de la marque allemande Gigahertz-Solutions sont réputés fiables avec un très bon rapport qualité-prix. La marque américaine Cornet propose également des appareils de petite taille, légers, fiables et peu chers, entre 100 et 300 euros. C'est probablement Cornet qui a le plus vendu ses produits aux électrohypersensibles. J'utilise aussi des appareils de ces deux marques et je n'ai pas rencontré de problèmes.

6- Les fausses bonnes solutions
Vous trouverez sur Internet ou dans votre boutique bio des tas de patchs, pierres, plantes et autres dispositifs anti-ondes vendus quelques dizaines d'euros. Ces choses sont sensées absorber, "déphaser" les ondes ou même émettre des "contre-ondes". C'est peut-être efficace pour atténuer les inquiétudes de certains. Si ces dispositifs fonctionnent dans votre cas alors c'est que peut-être vous n'êtes pas intolérant aux rayonnements électromagnétiques.

7- Autres idées pour les bricoleurs (à vos risques et périls)
Théoriquement, il devrait être possible de se protéger de son propre téléphone en utilisant un bout de tissu anti-onde qu'on collerait entre l'antenne intérieure et la face avant du téléphone, le côté le plus proche, ou en contact, avec l'oreille et le cerveau de l'utilisateur. On chercherait à limiter l'émission en direction du cerveau, du coeur ou des parties génitales lorsque l'appareil est dans une poche (à condition de le mettre dans le bon sens). Sur un appareil ancien doté d'un petit écran, il suffirait en principe de coller son tissu sur la partie haute autour du haut-parleur et au-dessus de l'écran et des touches. A condition que l'antenne soit logée dans cette partie. Pour les smartphones où l'écran tactile occupe toute la face avant c'est plus compliqué. Il faudrait démonter l'appareil, repérer l'antenne et poser son bout de tissu isolé électriquement par un film plastique sur l'antenne du côté de la face avant. En théorie ce dispositif devrait limiter le rayonnement direct vers le cerveau ou le corps de l'utilisateur et ne pas empêcher l'appareil de fonctionner correctement puisque les ondes passeraient par l'autre côté resté libre. Il faudrait aussi veiller à utiliser cet appareil modifié de manière à ce que l'antenne-relai sur laquelle l'appareil est connecté soit du bon côté (face arrière), afin d'éviter que le téléphone soit forcé d'augmenter sa puissance, ce qui annulerait les bénéfices d'une telle solution. Il se peut même que votre téléphone capte mieux.
En pratique, si ce dispositif était vraiment efficace, ne devrait-il pas être systématiquement intégré aux appareils du marché? Il se peut d'ailleurs qu'il le soit pour certains. Bien sûr il s'agit simplement ici de suggérer une idée (non une solution miracle, je ne désire pas devenir millionnaire grâce à de fausses bonnes solutions). Ce dernier paragraphe est évidemment réservé aux bricoleurs compétents en électricité et en fonctionnement des émissions radio. Je n'ai jamais essayé personnellement et préfère ne pas me servir d'un portable. Je décline toute responsabilité si vous endommagez votre précieux smartphone!
En revanche, il m'est arrivé de conseiller à des personnes sensibles, mais forcées dans leur travail de porter un téléphone en permanence dans la poche, une solution toute simple. Il suffit d'utiliser un morceau de couverture de survie avec le coté argenté contre le téléphone du côté du corps en veillant à ce que le téléphone demeure libre côté extérieur (on peut mettre plusieurs couches). Les couvertures de survie contiennent souvent des particules métalliques mais demeurent généralement faiblement conductrices donc en principe sans danger (surtout pour l'appareil). Mais ce dispositif ne vous protège que lorsque le téléphone reçoit des données, pas lors des appels. Là, le mieux est de toujours se servir du kit mains-libres (tel que préconisé sur les notices).

Imprimer l'article (3 pages)

Publié dans santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article