Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Anna

Smartphonite : n.f. Habitude qui consiste à croire tromper l'ennui en manipulant son smartphone régulièrement et de manière compulsive.

Il y a de multiples chefs d'inculpation à invoquer contre les smartphones. Leur fabrication est très polluante et contribue à financer l'armement de milices. Ils irradient les corps et les esprits, nous stérilisent et nous rendent moins aptes à opérer les bons choix en annihilant notre esprit critique le propre de l'être humain – dans un contexte de bombardement informationnel.

Les smartphones produisent une illusion de liberté et d'accès à la connaissance. Alors que jamais dans l'histoire de l'humanité les destins des différents peuples n'ont été autant interconnectés, alors que jamais auparavant notre avenir n'a été autant menacé, nous voilà réduits à nous comporter comme une société de fourmis folles, où chaque individu croit pouvoir agir comme bon lui semble sans tenir compte des autres.

Les êtres humains sont en train de se dégrader au fur-et-à-mesure que leur comportement devient de plus en plus hyper individualiste, alors que leur champ de vision se focalise sur un écran aux dimensions réduites que l'on picore à la manière de gallinacés uniquement préoccupés par ce qui est à portée de bec.


Le smartphone apparaît comme l'exact contraire du téléphone. Alors que son ancêtre servait à relier les personnes malgré la distance, lui sert à aggraver l'isolement des individus malgré la proximité !
Ce n'est pas parce que le smartphone est petit et que ses rayonnements sont invisibles que son usage est sans conséquences. Avec le smartphone, il n'y a pas de risque zéro et le mieux serait d'arrêter de trop s'en servir...

Smartphones et hyper-connexion, un crime contre l'humanité ? Tant que cela ne me concerne pas... (article complet)

Quand une population entière se laisse intoxiquer par un usage abusif du téléphone et perd ainsi l'habitude d'échanger des lettres ou des visites, l'erreur tient à ce recours immodéré à un nouvel outil, convivial par essence, mais dont la fonction est dénaturée par une fausse extension de son champ d'action.

Ivan Illich (1973), La convivialité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :