Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par J. F.

Les micro-ondes utilisées couramment pour transmettre les données de la téléphonie et des objets connectés ont des fréquences très élevées, dont les plus basses sont de plusieurs centaines de MHz (millions d’oscillations par seconde) et les plus hautes de plusieurs GHz (milliards d’oscillations par seconde), voire plusieurs dizaines de GHz pour les bandes prévues du futur réseau 5G à l’essai dans diverses grandes villes françaises. Mais c'est juste pour faire des expériences car les premiers appareils compatibles ne seront disponibles au mieux qu'à partir de 2019. Le réseau 5G devrait progressivement se développer à partir de 2021, essentiellement en direction des professionnels pour commencer. Le problème est que plus les fréquences sont hautes, plus leurs effets biologiques sont importants. En outre les fréquences en GHz, a fortiori en dizaine de GHz, traversent mal les obstacles et nécessitent d'être émises à de fortes puissances.

Littéralement bombardés en permanence, les organismes vivants rencontrent des difficultés d’adaptation. Plantes, animaux et êtres humains perçoivent ces rayonnements artificiels, très différents des rayonnements naturels, comme une agression. Cela génère des réactions de stress qui sont mesurables objectivement via la production de protéines spécifiques, notamment les protéines dites de choc thermique (HSP en anglais).
 

protéines de choc thermique

Les organismes sont constitués d’une multitude d’antennes, certaines métalliques comme les magnétosomes (présents même chez des bactéries et qui serviraient à s’orienter en fonction des champs électromagnétiques naturels), d’autres liées au système nerveux, aux cellules, à la forme de l’ADN, et même à l’échelle des molécules et des atomes. Les organismes vivants sont donc extrêmement sensibles aux champs électromagnétiques dans un spectre très large de fréquences, ce qui n'implique pas forcément une perception consciente. Notre sur-exposition aux "ondes" artificielles, exponentielle dans son intensification, génère un fort accroissement de l’entropie avec la désorganisation massive des systèmes d’échange de données naturels.

Ces rayonnements électromagnétiques qui permettent de transférer de grandes quantités de données sont extrêmement rapides et variables. En effet, les informations numériques sont codées de façon binaire : c'est tout ou rien (0 ou 1) et le spectre d'émission apparaît extrêmement haché.

Il n’est donc pas du tout étonnant que les plantes soient plus fragiles, que les insectes pollinisateurs ou les oiseaux soient désorientés et que leur population chute de manière inquiétante. Il n’est pas étonnant que les humains voient leurs capacités cognitives, leur système neurologique et en général leur santé se dégrader. Rien de surprenant à ce qu’une frange de plus en plus importante de la population, entre 5 et 15%, témoigne souffrir à cause des rayonnements des téléphones, du Wi-Fi ou des écrans divers... Ce qui est beaucoup plus étonnant est que la majorité des êtres humains ne se perçoivent plus comme sensibles. Leurs systèmes d’alarme ont été désactivés bien que la maison continue de brûler.

En prenant du recul à l'égard des gadgets numériques, on peut être frappé de voir le consommateur type heureux de jouer les cobayes. Il se jette sur toutes les nouveautés technologiques, sans se soucier de leur composition, de leur origine ou de leurs conséquences. Le cobaye et l’expérimentateur ne font désormais plus qu’un et quand dans quelques décennies on ne manquera pas de rechercher les coupables, on ne saura pas qui mettre d’un côté ou de l’autre de la barre. Il n’y aura pas de procès de Nuremberg, pas de preuves, pas de victimes. Le négationnisme fait désormais force de loi et l’obsolescence programmée règne. L’amnésie est une promesse d’amnistie générale car nous sommes tous dans le même four à micro-ondes.

Le smartphone, les objets connectés couplés au réseau Internet constituent un système commercial parfait. Les produits et les services associés sont tout à la fois ce qui est vendu et l'outil qui permet de vendre. L'obsolescence peut être très précisément programmée en fonction des bénéfices attendus par les vendeurs car le marketing est intégré aux produits. Les vendeurs peuvent donc à l'avance décider exactement combien ils veulent gagner et quels seront les dividendes versés aux actionnaires. Un business sans risques qui a l'avantage de garantir l'ensemble de l'économie soumise aux aléas et à des montages financiers audacieux, pour ne pas dire toxiques.

Il y a fort à parier que ce sont les mêmes investisseurs qui financent les industries du sans fil et celles de la santé. Ceux qui gagnent par la guerre triomphent par la reconstruction. Ils s’enrichissent toujours, grâce à l’appauvrissement des autres. Rien de bien nouveau. Mais les gagnants d'aujourd'hui seront perdants demain.


En attendant, à ceux qui cultivent leurs jardins bio et la sobriété heureuse, à ceux qui investissent leur joie de vivre dans des biens non marchands et non démodables, nous disons : tenez bon !

Imprimer l'article (2 pages)

Près de 30.000 références scientifiques : emf-portal.org.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :