Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par JF

L’être humain est un animal stupéfiant, le seul qui cherche son bon plaisir en s’intoxiquant : alcool, tabac, drogues diverses, malbouffe, pollution de son environnement. Un être qui prétend, de son point de vue, incarner la version la plus aboutie de l’évolution des espèces terrestres. Le potentiel d’intelligence de l’Homme ne semble pourtant pas suffisant pour contre-balancer son potentiel d’auto-destruction. Lorsqu’on observe le comportement toxique des accros du smartphone, on ne peut pas ne pas penser à des pigeons qui occupent leur temps à picorer et dont le seul soucis est de n’en pas perdre une miette.


Parmi les 80 notifications qu’un utilisateur moyen reçoit chaque jour, il y en a peut-être une qui pourrait être importante et que l’hyper-connecté a peur de rater. De ce fait l’utilisateur moyen touche son smartphone 3000 fois par jour, parfois pour téléphoner, rarement pour des communications importantes. Un article de William Wan paru le 17 juin dernier dans The Washington Post explique bien comment « notre attention est devenue la ressource la plus convoitée de la planète »... tant que la cible ne se fait pas renverser en traversant la rue ou ne provoque un accident parce que son attention ne se préoccupe plus de la réalité qui l’entoure.


Les brillants esprits qui travaillent pour rendre les utilisateurs de plus en plus dépendants de leur smartphone tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme pour des raisons éthiques ! Car, comme tous drogués, les hyper-connectés souffrent d’un niveau de stress plus élevé que les autres, dorment mal et sont plus souvent dépressifs. La seule chose qu’ils cherchent compulsivement est une récompense sous forme de dopamine. Or, sur des milliers de consultations quotidiennes du téléphone, il y a peu de chances de tirer le numéro gagnant.


Alors, les créateurs d’applis développent des solutions de « détox numérique » pour inciter les utilisateurs à ne pas être tentés de consulter leur écran en permanence. Naturellement, les investisseurs ne sont pas très enthousiastes car il y a beaucoup plus d’argent à gagner en vendant aux pigeons du tabac que des patchs, un produit générateur d’accoutumance qu’un substitut qui permette de décrocher. L’économie moderne consiste moins à répondre aux vrais besoins qu’à créer toujours plus de faux besoins. Le vrai taux de croissance est celui de la frustration qui est savamment entretenue pour maximiser les profits à court terme.

 

Les smartphones sont des smart drugs qui remplacent les drogues traditionnelles. On observe effectivement une baisse de la consommation de stupéfiants chez les adolescents alors qu'ils se défoncent plusieurs heures par jour via leurs écrans. Les leaders d’aujourd’hui sont avant tout des dealers...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :