Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jérémie

On a souvent reproché à la sacro-sainte médecine officielle, dont les postures sont essentiellement calquées sur des expertises d’État plus ou moins indépendantes, de psychiatriser l’électrohypersensibilité (EHS). Ce, malgré des milliers d’études qui concluent aux effets biophysiques des ondes. Ces recherches sérieuses ont été effectuées tant sur les être humains ou d’autres espèces que sur des cellules dont le fonctionnement mécanique, chimique et électrique ne saurait relever de la psychiatrie.

Pourtant les EHS sont bel et bien des hypersensibles émotionnels, ce qui est une des formes des troubles dits bipolaires affectifs. En conséquence les souffrances multiples vécus par les EHS, les MCS (chimico-sensibles) et autres hypersensibles relèvent bien, en partie au moins mais pas seulement, de la psychiatrie. Néanmoins les camisoles chimique, physique ou sociale dont sont victimes les hypersensibles ne sont bien évidemment pas une solution durable, tout au plus un pansement ou une béquille temporaire.

Vivre enfermé n’est pas humain, c’est le summum même de l’inhumanité et les mesures drastiques de confinement que le monde vit actuellement nous le montre bien. Si ça continue, il va falloir que ça cesse !

Nous, humains sensibles ou hypersensibles de tous bords, demandons à vivre libres, à voir nos droits fondamentaux réhabilités.

Les EHS sont considérés par plusieurs études comme normaux sur le plan psychologique, sinon qu’ils souffrent plus que la moyenne des gens d’un fort stress directement lié au bombardement de mauvaises ondes dont nous sommes tous les cibles. Les mauvaises ondes peuvent également être chimiques ou émotionnelles. Le résultat en terme de symptômes est à peu près le même, si on met de côté les sensibilités et expériences individuelles.

Les hypersensibles souffrent plus que les autres du mal qui est fait aux êtres peuplant notre belle planète. Nous sommes de plus en plus nombreux comme en témoignent les votes écologistes et les nombreuses initiatives individuelles ou associatives qui cherchent des solutions pour éviter l’effondrement d’un système politico-social mondialisé, relativement stable à moyen terme malgré ses nombreuses imperfections, ou encore et surtout pour préserver à long terme l'ensemble des espèces qui n'ont pas encore disparu et sont issues de millions d'années d'évolution (l'intelligence dite artificielle est ridicule face à un simple virus). Homo sapiens disparaîtra lui aussi dans peu de temps, quelques siècles tout au plus si on ne fait rien. C'est juste demain à l'échelle de notre apparition il y a environ 300.000 ans.

Toutes précautions soulignées, il semble intéressant de ne pas nier l’importance d’un suivi psychologique, voire psychiatrique, des hypersensibles émotionnels, en particulier les EHS. Personnellement, je sors de plus de trois semaines en service psychiatrique fermé pour un délire dû à un manque sévère de sommeil depuis 15 ans. Une hypersensibilité émotionnelle, ou bipolarité affective, a été diagnostiquée. Problème, je suis désormais condamné à la camisole chimique pour plusieurs années, en espérant que ce ne sera pas à vie.

Je suis néanmoins heureux car j'ai avancé: j’ai pu constater que le traitement contre la douleur dû à mon EHS, lui aussi à vie, était nocif à long terme et avait participé aux troubles cognitifs et du sommeil et finalement à un délire sévère. Cet état de décompensation a nécessité une hospitalisation en urgence avec arrestation brutale par la police, camisole de force, isolement et tout le reste. Une expérience que je ne souhaite à personne.

Pour éviter cela il faut consulter soi-même un psychiatre, bon de préférence, et demander une éventuelle hospitalisation pour se reposer. Parallèlement, car tout le monde est concerné même indirectement, il faut massivement militer pour que tous les centres de soins médicaux soient moins connectés ou irradiés par nombre de hautes fréquences très stressantes. Or, les hôpitaux sont désormais hyper-connectés et l’hôpital psychiatrique où j’ai été interné abrite même une grosse antenne-relais. Résultat, les espaces extérieurs étaient quasi impraticables (plus de 100 fois la dose susceptible de provoquer des symptômes) et ma chambre non adaptée à un sommeil réparateur sans la batterie de médicaments (plus de 25 fois la dose).

Naturellement, rien ne vaut la sobriété des usages de tous les objets connectés et un vaste mouvement citoyen contre la 4G et la 5G, ainsi que le tout connecté en Wi-fi ou Bluetooth. Il est fort à craindre que dans les décennies à venir le nombre de personne gravement atteintes explose.

Au moins ceux qui veulent être informés peuvent l'être... Tout se fait désormais au grand jour, il n'y a aucun complot caché, n'en déplaise à certains. Faites fonctionner vos propres neurones, ils font des miracles.

Soyez prudents dans vos choix. N'écoutez pas tout ce qu'on raconte de-ci de-là. On en déblatère beaucoup des âneries aujourd'hui (pardon chers et sages équidés), parce qu'on répète tout ce qu'on entend comme des perroquets (twitt-twitt), on ne fait même presque plus que ça...

Mais qu'est-ce qu'on fait concrètement pour sauver notre espèce et tant d'autres ?

Écoutez votre raison et votre cœur !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :